Archives de catégorie : rien

En ce moment. Opéra Numéric

Au départ, la musique m’a donnée les moyens de suivre l’épopée des gammes musicales. De tout ce nombre et de sa complexité, l’interprétation informatique s’est avérée très utile. Car en terme d’écriture, l’ordinateur est un écrivain bien plus rapide lorsqu’il devient calculateur. À l’époque des premiers pas dans la définition algorithmique des gammes, il y eut une belle part d’oeuvres manuscrites (celles qui forgent le sourire intérieur). Tout ceci aidant, la programmation gammologique a été réussie. D’un autre genre de bonheur quantique, où les nombres qualifiés supportent des précisions…

Le code Python qui collabore a cet envol des nombres à relatives communes, grâce à la logique introspective du « code quantum » des nombres. Le moteur est alimenté par le gain de temps, le moyen résultant, et de la compatibilité numérique. C’est ainsi que peu à peu le code s’enrichit en précisions, faisant une nouvelle vision sur l’activité des nombres et en fonction de leurs particularités.

@suivre

Il y a eu deux modifications (« w >= u – 6 » et « w5 > 1 »)

Car les nombres ne réagissent pas de la même manière avec les communs.

Préparation document nphysic_7a.py

 

 

 

Un soir de lune

Il y a peu de mots comparé à un algorithme, qui puissent en dire autant. Non seulement le code fonctionnel est écrit, il est aussi deviné au sein de ses pratiques. Qu’est la logique sans les éléments qui en font sont état, et que fait-elle au juste ?

Le titre est nphonic_0a.py.html, une séquence d’instructions qui va rencontrer un élément proche du moindre. Plus le nombre est petit, moins il faut du temps pour le calculer. Est la devise 🙂

L’univers multiple commun

Un jour, un nombre à multiples

En prenant ce simple exemple : 15 = 3 * 5. Le nombre c’est 15, et les multiples communs sont 3 et 5. En augmentant la teneur du nombre, on risque d’y voir plusieurs multiples. Et ainsi, en cherchant à savoir quels sont les multiples communs de 123456789. On s’arrête, au nombre des opérations à effectuer.

Ou bien on traite en les codants, mais si aux premiers pas il faut passer par l’élémentaire. À savoir, écrire une fonction adaptée. Ce premier calcul induit une lecture bouclée, de 1 à la racine carrée du nombre…/

Car au-delà du carré, il y a les doublons symétriques inversés…/

Les nombres parcourus sont de types différents, aussi le nombre initial a son propre type. Et dans la lignée des multiples communs, il y a d’autres typages. L’analyse des résultats donnent des indices, tels les associations des nombres premiers. À fait, que le premier indice rencontré allait servir de « lune »…/

Petite bulle virtuelle en pleine écriture de son art…/

Bon, maintenant que vous avez la version en ligne.

Voici, présentement celle que vous pouvez « décoder »

LIEN toumic.fr . nphbasic.txt
LIEN toumic.fr . nphbasic_1a.py.html (Erreur apparue)
LIEN http://toumic.fr . nphbasic_5a.py.pdf (Plan B)