Archives de catégorie : merci

Base Octave

Point Un

Rencontré du nombre selon la seconde harmonique et octave…

une octave dimensionnée aux nombres croissants, de facture diatonique développeuse chromatique, assemblage diatonique (octavié) par rang numérique. 

À échelle nulle, il y a le zéro silencieux.

Le modèle chromatique, formé à modulation, a une initiale diatonique liée à la tonalité. Qu’importe le niveau de l’octave, la gamme naturellement majeure donne la même tonalité. La gamme a sept notes musicales, elle a un tempérament diatonique présentant cinq intervalles. Elle est une écriture composée de lettres relatives aux notes, tant « un » il y a « C ».

L’opportunité des nombres sélectionnés par la tonalité, produit un indice rangé parmi les douze points de mesure. Ainsi, les nombres allant de un à douze et l’octave, puis constamment au support des modulations. Constance circonstancielle, du volume altératif des tonalités qualitatives augmentées des nombres quantitatifs ajoutés. Du point de vue du plan de concrétisation des différentes masses pouvant apporter du « poids » à la note musicale, de part cette rencontre à premier argument très personnel.

Premier rapport étendu à l’introduction

La charge diatonique représente le cumul des notes vraies, et leurs intervalles considérés comme des fausses notes cumulant les charges en position du nombre. La première octave rassemble une dimension musicale massivement chargée, en une échelle numérique à l’intervalle d’octave. Si le niveau du traité ne va pas au-delà de la tierce, c’est à cause de la volonté de maitriser la base de l’octave.

Le premier rapport réalisé produit la qualité et la quantité de la tonalité, pour l’expérience la gamme naturelle a été choisie pour sa bonne facture. Elle a des informations sur les évènements vraies/fausses de sa tonalité, elle rapporte un poids fort(vraies) et faible(fausses).

  • Poids vrais     Sept notes communes chargeant 45µ
  • Poids faux      Cinq intervalles composants 33µ

Octave 1 tp_oct 1 [45, 33, 12, 12] den0 \l

L’univers multiple commun

Un jour, un nombre à multiples

En prenant ce simple exemple : 15 = 3 * 5. Le nombre c’est 15, et les multiples communs sont 3 et 5. En augmentant la teneur du nombre, on risque d’y voir plusieurs multiples. Et ainsi, en cherchant à savoir quels sont les multiples communs de 123456789. On s’arrête, au nombre des opérations à effectuer.

Ou bien on traite en les codants, mais si aux premiers pas il faut passer par l’élémentaire. À savoir, écrire une fonction adaptée. Ce premier calcul induit une lecture bouclée, de 1 à la racine carrée du nombre…/

Car au-delà du carré, il y a les doublons symétriques inversés…/

Les nombres parcourus sont de types différents, aussi le nombre initial a son propre type. Et dans la lignée des multiples communs, il y a d’autres typages. L’analyse des résultats donnent des indices, tels les associations des nombres premiers. À fait, que le premier indice rencontré allait servir de « lune »…/

Petite bulle virtuelle en pleine écriture de son art…/

Bon, maintenant que vous avez la version en ligne.

Voici, présentement celle que vous pouvez « décoder »

LIEN toumic.fr . nphbasic.txt
LIEN toumic.fr . nphbasic_1a.py.html (Erreur apparue)
LIEN http://toumic.fr . nphbasic_5a.py.pdf (Plan B)

Opérate Envol sysTM

Fiction

La vie qui m’entoure est l’univers d’une nature,
et c’est à l’aide des humains que j’essaie d’en comprendre le sens…

Les pouvoirs naturels des êtres vivants sont inconnus, avec autant de personnalités. Nous savons ce que nous sommes,  des êtres semblables issus d’une complexe planète. Des états de vie, qu’il faut maintenir en bonne santé. Toutes les espèces ont un mode de subsistance modelé au cours du temps, le fil évolutif d’une seule espèce en quête d’éducation. Non seulement apprendre à bouger pour répondre à ses besoins, mais aussi savoir choisir son modèle de vie. Avant, le naturel il y a la conscience ou la science de la vie. Ensuite, la conscience se poursuit en une sorte d’esprit relatif à chaque espèce. Ainsi, à la rencontre s’enchaîne une communion. Aussi, tant que l’univers aura le temps de vivre consciemment. Alors, les êtres vivant seront maintenus en vie.

Le corps physique de l’être a un mode de vie à notre image, tel doué de séance communicative. De créer un moment de vie, par une simple expression au pouvoir assembleur et modificateur d’êtres. L’évolution a un sens harmonique profond de part son faible taux de fécondité, car en fait le relatif espace & multitude est aléatoire. La bonne santé de l’univers, selon l’harmonie des multiples de l’espace expansif.
Le système universel analysé, nous le comprenons d’une façon pensive et l’exprimons d’une façon technique. D’où, la précision technique fait la réalité de nos analyses.

Selon l’univers merveilleux au corps complexe assimilable et intelligent. À structure (tient la route) faite de liaisons harmoniques récréatives, dont la logique quantique aide à l’interprétation de son dessein. Pour comprendre les univers, il faut les mesurer avec notre outillage intellectuel, qui je le rappelle est constitué de chiffres et de lettres. La complexité du langage humain a les moyens de réaliser des recherches des harmonies inconnues, son ordre numérique s’adapte à toutes sortes de calculs et son littéral donne de la force aux créations. Il y a également, une passion culturelle qui présente une aptitude aux chiffres & lettres….

Car la définition harmonique ne se fera pas sans la musique,,,

  @