Base Octave

Point Un

Rencontré du nombre selon la seconde harmonique et octave…

une octave dimensionnée aux nombres croissants, de facture diatonique développeuse chromatique, assemblage diatonique (octavié) par rang numérique. 

À échelle nulle, il y a le zéro silencieux.

Le modèle chromatique, formé à modulation, a une initiale diatonique liée à la tonalité. Qu’importe le niveau de l’octave, la gamme naturellement majeure donne la même tonalité. La gamme a sept notes musicales, elle a un tempérament diatonique présentant cinq intervalles. Elle est une écriture composée de lettres relatives aux notes, tant « un » il y a « C ».

L’opportunité des nombres sélectionnés par la tonalité, produit un indice rangé parmi les douze points de mesure. Ainsi, les nombres allant de un à douze et l’octave, puis constamment au support des modulations. Constance circonstancielle, du volume altératif des tonalités qualitatives augmentées des nombres quantitatifs ajoutés. Du point de vue du plan de concrétisation des différentes masses pouvant apporter du « poids » à la note musicale, de part cette rencontre à premier argument très personnel.

Premier rapport étendu à l’introduction

La charge diatonique représente le cumul des notes vraies, et leurs intervalles considérés comme des fausses notes cumulant les charges en position du nombre. La première octave rassemble une dimension musicale massivement chargée, en une échelle numérique à l’intervalle d’octave. Si le niveau du traité ne va pas au-delà de la tierce, c’est à cause de la volonté de maitriser la base de l’octave.

Le premier rapport réalisé produit la qualité et la quantité de la tonalité, pour l’expérience la gamme naturelle a été choisie pour sa bonne facture. Elle a des informations sur les évènements vraies/fausses de sa tonalité, elle rapporte un poids fort(vraies) et faible(fausses).

  • Poids vrais     Sept notes communes chargeant 45µ
  • Poids faux      Cinq intervalles composants 33µ

Octave 1 tp_oct 1 [45, 33, 12, 12] den0 \l