Archives par mot-clé : présentation

Le luxe commatique

Approche des systèmes tempérés

La généralisation orchestrée du système, produit une harmonie globalement représentée. Et si ce système doit se mouvoir, il fera une séquence de gestes objectifs. Le déplacement fait partie du temps passant, et le mouvement mesure un tempérament. À défaut isolé, mais non pas esseulé. Afin d’économiser du temps, la cohésion d’un unique  système configuré peut devenir un champ de recherches.

Les tempéraments

Sans nul doute, vouloir exprimer le tempérament et en venir à l’onde comme élément basique.  À en croire le tempérament gammique, l’octave tempérée est l’espace harmonique des gammes. Car la gamme n’est pas parfaitement tempérée, à cause de ses intervalles inégaux. C’est ainsi, que la gamme naturelle comporte un tempérament d’octave unique,  et son propre et complexe tempérament. Elle résume le principal tempérament harmonique octavié, dans lequel les éléments composent avec précision le tempérament complexe.

L’unité de mesure

La volonté de comprendre un système donné, d’en déduire des applications. Et autant de phénomènes culturels, ou répondre ainsi à une organisation traitée trop souvent sporadiquement. Non ! Les gammes se calculent, elles sont logiques !
Seulement c’est l’avancée culturelle qui en prend un coup. Aux vues des gammes chromatiques jusqu’alors inconnues, c’est pourtant celles mêmes qui ferment le cycle en toute beauté.

Grâce à elles, on peut commencer à penser plus que maintenant.

L’entité gammique à disposition « progamv6encore » est capable d’obtenir le chromatisme de toutes les gammes diatoniques. La ressource en altérations de ce chromatisme invoque la mise en situation de l’espace d’octave fractionné au 1/12ème, et du nombre de juxtapositions des éléments.

À défaut de résultat acoustique, il y a la définition mesurée des éléments diatoniques. C’est une recherche de précision, le jeu des définitions gammiques données en premier rôle. Pourquoi en revenir aux gammes avant d’avancer ?

Quand on avance le sujet qui n’a pas encore de fin, on mesure les avancées de manière à obtenir des repères significatifs. Visant à repérer parmi les combinaisons, des arguments et voire des fonctions. Et plus encore 🙂

Quelques images en sauce :?)

TETRA/CLONE/DIATONE

        def tetra(self):
# La gamme en cours est un élément – système de définition tétracordique

Le système des gammes musicales est une suite précise de 66 tonalités majeures, à laquelle est intégré le système des tétracordes. L’élément simple tétracordique définit la clé de la structure interne de la gamme, contrairement à la structure externe relative à la gamme chromatique. Le tétra est autoconnecté,  autant directement qu’indirectement. En effet, en tenant compte de la résonnance harmonique propagée. Un tétra CLONE est sensible à cette propagation.

# Développé tétra similaire diatonique: TETRA/CLONE/DIATONE
# self. gam noms copie : exemple(self. gam noms copie[t b l t r] == (noms)gammes concernées par ce type)

Ici les noms sont des compositions arbitraires formées par une signature altérative, et du degré concerné. Ces noms vont créer la modulation, du fait de leurs algorithmes dans le développement des modulations diatoniques.

# self.gammescopie : exemple(self.gammescopie[tbltr] == (valeurs)gammes concernées par ce type)

La forme de la gamme est égale à l’empreinte de son intervalle, en étant toutes présentes, enfin les 66. Elles servent d’ordre chronique, ainsi que quantitativement repérable…

pass